211

14/02/2018

Ce site a été créé pour tous les amoureux des drapeaux et des armoiries ainsi que tous les gens curieux de l'histoire des emblèmes.

Articles

Var

Photographie du mois



Drapeau du Roi, de la Nation et de la Reine,

Railay (Thaïlande)

8/12/2017

Editorial


Ce qui marque en Thaïlande, c'est la place qu'occupe le drapeau du Roi (ou d'un membre de sa famille) à côté du drapeau national.
Pratiquement, c'est le binome des deux drapeaux qui symbolise la Thaïlande.

Drapeaux de la famille royale de Thaïlande

Armorial des communes Provence-Alpes-Côte d'Azur

 

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur comporte 958 communes réparties en 6 départements.

Chaque commune possède un emblème qui la représente et qui la distingue des autres. Emblème qui peut être un drapeau, un blason ou un logo. L'étude emprunte donc autant à la vexillologie qu'à l'héraldique.

J'ai étudié les 958 communes de Provence dans mes pages. Vous pouvez choisir de les visualiser en choisissant dans l'index alphabétique ci-dessous:

41 communes n'ont pas d 'emblèmes.

La mancoliste

Un grand merci pour les personnes qui m'ont aidé à construire ce site.

Rouge contre jaune

En 2006 donc, la Thaïlande célébrait le jubilée du roi : soixante ans de règne et une année tout en jaune, car le monarque est né un lundi, jour de la lune. Mais cette année là a été marquée par un autre événement : le renversement du Premier Ministre Thaksin Shinawattra par un « coup » militaire soutenu par des « chemises jaunes » se réclamant du roi.


Plus tard, par opposition à ces « jaunes », sont nés les « chemises rouges », fervents partisans de l’ex « Premier » Thaksin. Les « jaunes » (PAD: People’s alliance for democracy) et les « rouges » (DAAD: Democratic alliance against dictatorship), frères ennemis, manifestent régulièrement à Bangkok, vêtus de leur couleur et avec plus ou moins de violence, depuis septembre 2006.


La base des « jaunes » est issue de la classe moyenne et supérieure du pays et se considère comme l’élite de la nation, tandis que la base des « rouges » est constituée d’ouvriers et de paysans du nord (Thaksin est né à Chiang-Mai) et du nord-est (Isan), la province la plus pauvre du pays. Pour simplifier, les « jaunes » souhaiteraient qu’aux prochaines élections, les votes des « rouges » n’aient pas la même valeur que les leurs, élite oblige !

Les « jaunes » considérant les « rouges » comme incultes, bon, ici on dit plutôt « baan nok » (un terme un peu méprisant qu’on pourrait traduire par « plouc »). Deux camps, deux couleurs…

Chemise jaunes et rouges obtenant ce qu'ils veulent en semant le chaos dans la plus totale impunité, d'autres participants se sont mêlés au débat en adoptant le même règles.

Les Chemises bleues sont apparues quand les Chemises rouges ont commencé à sérieusement mettre au défi le gouvernement. Dans un premier temps, elles ont affirmé ne vouloir que protéger les lieux publics, comme l'aéroport. Mais les Chemises rouges les ont bientôt accusés d'être des hommes de main à la solde du gouvernement. Toutes les Chemises bleues étaient armées de bâtons, battes de golf et barres de fer. Selon diverse sources, les Chemises bleues ont été mises en place par le maire de Pattaya, qui est le fils de ‘Kamnan Poh’ – un homme fort et controversé de cette province.


Quand les Chemises rouges ont quitté le lieu où devait se tenir la conférence de l'ASEAN à Pattaya, un groupe de personnes portant des chemises noires leur ont lancé des pierres. Qui sont-elles ?


                               Les Chemises roses réclament la formation d'un parti politique fondé sur l'amour. Le chanteur Jintara, dans ce clip-vidéo de la chanson ‘Mop see chom-poo’, prêche la doctrine des Chemises roses. Les "chemises roses" ont fait leur apparition en 2010. "Près de 5000 manifestants ont enfilé un haut rose pour afficher leur soutien au Premier ministre, Abhisit Vejjajiva, fragilisé depuis un mois par le mouvement des chemises rouges, qui réclament sa démission et des élections anticipées.


Un groupe de nouveaux manifestants s'affichent tout de blanc vêtus, tranchant avec les couleurs arborées par les opposants à la Premier ministre, Yingluck Shinawatra. Un mouvement encore clairsemé aux contours flous, qui illustre la complexité croissante de la crise dans laquelle s'enfonce le pays depuis bientôt deux mois. Et incarne le ras-le-bol de certains habitants de la mégapole face à l'impasse politique qui perturbe la vie quotidienne et menace l'économie du pays. "Respect my vote !" affichent sur leur tee-shirt certains de ces nouveaux venus. Les blancs sont issus des chemises rouges. Les chemises blanches "souhaitent que le bras de fer politique soit réglé dans les urnes et non dans la rue", explique l'hebdomadaire alors que les Thaïlandais étaient appelés aux urnes le 2 février 2014. Environ un mois plus tard, la Cour constitutionnelle a finalement annulé ces législatives du 2 février, fortement perturbées.


Le 20 mai 2014, le général Prayuth Chan-ocha, commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, instaure la loi martiale. L'armée organise des pourparlers entre représentants des deux factions rivales afin de mettre fin aux troubles, dont le bilan s'élève à 28 morts. C'est le 12e coup d'État depuis l'instauration de la monarchie constitutionnelle en 1932.

voir:  http://www.lepoint.fr/monde/thailande-et-maintenant-les-chemises-blanches-15-01-2014-1780491_24.php
https://fr.globalvoices.org/2009/04/13/6388/
http://michjuly.typepad.com/blog/2010/02/importance-du-choix-des-couleurs-en-tha%C3%AFlande.html

Je vous invite tous à venir visiter mes nouveaux sites entièrement dédié aux pavillons des compagnies de navigation françaises

et internationales

visiteurs

Copyright

Dominique CUREAU

Membre de la

Société Française de Vexillologie