Toulon Provence Méditerranée Est

La communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerrranée comporte 12 communes et a été créée le 25 octobre 2001. Elle comporte 403 743 habitants.

La commune de La Crau est venue la rejoindre en 2010.



http://www.tpm-agglo.fr/

voir aussi la page sur la partie Ouest de la communauté

Hyères (53 258 h)

Hiéros

www.ville-hyeres.fr

de gueules à un château d'argent, sommé de trois tours du même, maçonné de sable, la porte ouverte et garnie de sa coulisse de sable, accompagné en pointe de trois besans d'or posés 2 et 1 (armorial 1696).

Hyères s'est développée au pied du château St Bernard. La ville resta circonscrite par l'enceinte jusqu'au début du XIXe siècle. Le château et les besants rappellent que Hyères fut une importante commanderie de l'ordre du Temple

Hyères signifierait place forte des aires à blé ou place forte des tables salantes. Cette étymologie a longtemps prévalu parce que le nom provençal " aeglé " signifie ville et aire à battre le grain. Pourtant, Hyères n'a jamais produit de blé.

Cité en 964; "Eyras", et en 1062, 1079 : "Eiras". La cité fut fondée à partir de l'ancien comptoir grec d'Olbia à l'Almanarre, puis devint colonie romaine.

Du Moyen Age au 17ème, elle connut les vicissitudes habituelles des places provençales. Hyères connut au 13ème une sorte d'indépendance et fut pendant les Croisades un point de transit vers la Terre Sainte; St Louis y débarqua en 1254.

Des seigneurs de Fos, elle passa aux mains des comtes de Provence, puis à Charles d'Anjou. François Ier y vint en 1531 et créa le marquisat des Iles d'Or en faveur de Bertrand d'Ornezan. Elle fut un enjeu disputé pendant les guerres de Religion; le château, tenu par les Ligueurs, fut enlevé en 1589 et partiellement détruit en 1596 par le duc de Guise.

La cité fut démantelée par Louis XIII dans le cadre de la réduction féodale opérée par Richelieu. Sa prépondérance maritime passa alors à Toulon.

A l'emplacement du comptoir massaliote d'Olbia, occupé par les Romains, il y eut au Moyen Age le monastère des cisterciennes de Saint-Pierre-de-l'Almanarre et au 15ème les Augustines de Fenouillet-d'Hyères.

Entre 1820 et 1926, Hyères fut une station touristique et climatique aristocratique.

autre version sur fond bleu avec son drapeau aux couleurs de livrée avec le blason.

Ce drapeau est le drapeau "officiel" de Hyères.

       

Drapeaux (version bleue et blanche) avec le logo du service communication de la mairie.

http://www.porquerolles.com/

taillé : au premier de gueules au chateau de trois tours d'argent maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ ; au deuxième d'azur au deux oiseaux d'argent volant au naturel

"Stoechades Majores".

Après les Grecs et les Romains, elles furent prises en main par les moines de Lérins.

François Ier en fit un marquisat avec le statut de terre d'asile, ce qui les transforma rapidement en repaire de hors-la-loi.

Adversaires puis alliées des Turcs, elles connurent de nombreuses incursions sarrasines. Enfin Bonaparte en organisa la défense, sous le Consulat.

En août 1944, débarquement des forces américaines dans les îles de Port-Cros et du Levant.

Porquerolles, située dans le prolongement de la presqu'île de Giens. L'antique Proté.

http://www.portcrosparcnational.fr/

de gueules au navire d'argent voguant sur une mer de même

Dotée de falaises abruptes, notamment sur sa face sud, Port-Cros n'offre que peu de plages, mais constitua toujours un port pour les navigateurs (Port-Cros = port creux) au carrefour d'échanges commerciaux entre différentes civilisations méditerranéennes.

Port-Cros : 640 ha ; longueur : 4,6 km ; largeur 2 km.

La plus élevée et la plus montagneuse des îles, dotée d'une flore exceptionnelle, refuge des oiseaux. Elle est le seul parc national à la fois terrestre et maritime.

C'est la "Messé" des Grecs, l'"insula médiana" médiévale.

Village de pêcheurs.

.

écartelé : au premier et quatrième d'azur à l'arche d'or maçonnée de sable ; au deuxième et troisième de gueules au lion contourné d'azur.

C'est le blason de la famille Pontevès soutenu par deux poissons.

Fief de Giens érigé en marquisat en faveur des Pontevès.

Le site des Vieux Salins fut l'objet d'une exploitation salinière dès l'Antiquité.

Au XIXème siècle, la Compagnie des Salins du Midi unifia les petits salins originels et en devint le gestionnaire unique.

La Compagnie se retira du site après son acquisition par le Conservatoire du Littoral le 6 Septembre 2001.

Carqueiranne (8 562 h)

Carqueirano la roujo

http://www.carqueiranne.fr/

http://www.rene-merle.com/

de sinople à l'araire d'argent, au chef d'or chargé de trois fleurs de tulipe feuillées chacune de deux pièces de gueules, mouvant de la partition.

Devise: Per la voio e per l'araire

Commune détachée d'Hyères en 1894.

Seigneurie attribuée à la famille de Meiron par le roi René en 1480.

Au 19ème, cette station balnéaire, annexe d'Hyères, était fréquentée par la bonne société française et anglaise.

En août 1944, combats pour la libération de Toulon. Anciennes mines de cuivre.


Drapeau au blason du village
La Garde (25 637 h)

La Gardi

www.ville-lagarde.fr

Datant de 1200, le blason de la commune se découpe comme tel :

au-dessus de l'écu, la couronne indique que le château était fortifié

dans la partie supérieure de l'écu, on peut lire "Garde", soit le nom de la commune

en son centre, on voit une rose à cinq feuilles d'argent entre deux étoiles d'or

dans la partie inférieure, les lettres D et T signifiant "De Toulon" sont séparées par une étoile.

Cité en 1056 : "Guarda". Le château fut fief des évêques de Toulon au 13ème, des Castellane au 15ème, puis seigneurie successivement des Glandevès et des Thomas.

Vigie de Toulon au Moyen Age. La Garde eut à souffrir des invasions et des guerres de Religion ; elle fut saccagée en 1707 par les troupes de Savoie. Elle était connu sous le nom de La Garde lès Toulon.

St Maur, patron de la commune, est en fait un dénommé Maur qui passa par là en 542. On lui doit surtout cette anecdote : affamé lorsqu'il entra dans le village et alors qu'une vieille femme lui donnait pour le contenter du pain et des oignons, St Maur les bénit et décida qu'à partir de ce jour, les oignons de La Garde aurait la douceur de la pomme.

Ancien centre agricole prospère, elle est devenue banlieue urbaine de Toulon. Du rocher d'andésite on a extrait les pavés de Toulon.

coupé : au premier de gueules à une rose de cinq feuilles d'argent accostée de deux étoiles d'or, au second aussi d'or à un D et un T de sable en chef et une étoile de gueules en pointe; le tout sous un chef d'argent chargé du mot GARDO en lettres capitales de sable.

Tel est le blason dessiné à l'Armorial Général de 1696.

Le Pradet (11 160 h)

http://mairie.wanadoo.fr/le.pradet/

taillé : au premier de gueules à la corne d'abondance d'or chargée de fruits ; au deuxième d'azur à la tour crénelée de trois pièces d'argent ajourée le tout maçonnée de sable sur une digue d'or cernée de vagues d'azur

Cet ancien quartier de La Garde, nommé "Pitchoun prat" (petit pré), a été érigé en commune le 20 juin 1894, sous l'impulsion de Paul Flamenq (ancien consul de France en Turquie).

La Garde abandonnait ainsi au Pradet la majeure partie de sa bande littorale, soit 969 hectares, mais la forêt de la Colle Noire (qui est de nos jours toujours aussi belle) restait en indivision entre les deux communes.

Célèbre depuis l'Antiquité pour l'exploitation du cuivre et de l'or. Les templiers eurent un poste à Sanpeire. Sur la plage des Bonnettes eut lieu l'embarquement de Murat pour la Corse.

    
La Valette du Var (21 990 h)

La Valetto

www.lavalette83.fr

d'azur à une pomme de pin d'or la tige en haut.

L'histoire veut que, durant l'épidémie de peste qui ravagea la région au XVème siècle, La Valette porta secours à sa voisine : Pignans. Et c'est pour signifier sa reconnaissance que cette dernière se sépara à jamais d'une des trois pignes qui ornaient jusqu'alors son blason, pour en faire don à La Valette qui l'arbore depuis.Quant aux couleurs de ces armoiries, elles restent aujourd'hui encore définies comme suit : D'azur en pomme au coeur d'or. Autant de symboles qui attestent d'un esprit généreux.

La Valette-du-Var fut fondée par une colonie romaine dans le Vallis Laëta ( la Vallée heureuse), qui lui donna son nom. Cité en 1252 : "Sanctus Johannes de Valle". Fief des comtes de Provence. Ensuite co-seigneurie des Glandevès, puis des Thomas.

Située sur une route d'invasions, la cité subit de nombreux dommages au cours des siècles. Implantation au 17ème du couvent des Minimes, bien d'état en 1790, il servit d'hôpital militaire puis maritime.

La famille Bonaparte y habita quelques semaines en 1793, après avoir dû quitter la Corse. Le célèbre bandit Gaspard de Besse y fut capturé en 1775. Le 20 août 1944, le fort de Coudon fut enlevé par surprise aux Allemands par les troupes françaises ; ce fut un événement déterminant dans la bataille de Toulon.

Le Revest les Eaux
(3 664 h)

http://www.lerevest83.fr/

d'azur à six étoiles d'or posées trois, deux et une.

Cité au 13ème : "Revestetum", "Revestum". Seigneurie des vicomtes de Marseille, puis des Montauban, des Vintimille et des Noble.

Le château fut assiégé par les Toulonnais en 1395. La réconciliation avec Toulon eut lieu par l'intermédiaire du roi René en 1442. Le château subit les assauts du capitaine Belloc en 1592 ; il fut saccagé en 1707 par les troupes autrichiennes.

Au 17ème, Toulon ayant acquis les usines et moulins de la vallée nécessaires à ses besoins en eau, devint coseigneur de Dardennes. Un siècle durant, les consuls de Toulon se rendirent au château de Dardennes le jour de la Pentecôte pour y exercer leur juridiction.

La Crau (14 844 h)

La Crau d'Iero


d'argent au pied de vigne arraché, tigé et feuillé de sinople, fruité de trois pièces de gueules, au franc-quartier d'azur chargé d'un soleil d'or

Cité en 1376 : "Carum". Commune détachée d'Hyères le 4 juin 1853.

Au 19ème, fabriques de bouchons et moulins à huile. Commune libérée par les alliés le 22 août 1944.

Au pied du Mont Fenouillet, vous découvrirez le quartier Notre dame, berceau de la commune.

Ce site stratégique fut choisi par les romains qui y implantèrent un relais avec bain.

Au moyen âge, nous pouvons d'ores et déjà parler d'un hameau, lieu de vie d'une cité en voie de développement.

Plus tard, la Reine Jeanne de Provence fit construire une demeure pour recevoir ses gens et percevoir ses impôts.

Les blasons et drapeaux proviennent des sites indiqués dans la page, de photos de l'auteur ou des sites Ecusson à coudre de Thierry Quaranta, Cyberflag. La carte vient de celui du SPLAF. Les drapeau ont été dessinés par Olivier Touzeau.