Rhône-lez-Provence

http://www.ccrlp.fr/
L'intercommunalité de Rhône-lez-Provence a été créée le 21 novembre 2005.
.
Bollène (14 288 h)

Bollena

http://www.ville-bollene.fr/index.asp


D'azur, au château d'or, ouvert de trois portes du champ, surmonté d'une clef d'or et d'un clef d'argent posées en sautoir.
Il date du XVIIIe siècle.
Devise actuelle : Concordia turris fortissima.
L'écu est accompagné d'une branche d'olivier à dextre et de chêne à senestre.
L'appelaion provient de Belenus, l'appolon gaulois.
Regroupe quatre anciens fiefs : Barry, Bauzon, Chabrières et du prieuré Saint-Martin. De 1342 à 1408, quatre cardinaux se succédent pour ces fiefs.
Co-seigneurie  du collège Saint-Nicolas et du Saint-Siège.
Communauté indépendante, de 1266 au XVIIIème.

La Collégiale de Bollène :
Classée monument historique en 1909,  la Collégiale Saint Martin et son porche d’entrée construit en 1905 domine la Ville de Bollène.

Sur les plaques des rues, les clefs sont toutes de couleur or.
Mondragon (3 399 h)


D'argent au monde d'azur, ceintré et croisé d'or.

Devise : Concordia amica pacis
(La concorde est l'amie de la paix).

Plus vieille référence en 1137 : Mons Draconis.
Seigneurie des archevêques d'Arles. Inféodèe aux Dragonet (XIIe). A partir de 1626, co-seigneurie du comte de Suze et des Rochegude. En 1764, haute seigneurie de Martin de Crochans.

Perché sur son rocher, il continu à observer la vie de la ville et de ses habitants

Le blason qui est utilisé dans le village est:
d'azur au monde de sinople ceintré et croisé d'or.
Lapalud (3 315 h)



De gueules à l'ancre d'argent, à la clef d'or et à la clef d'argent passées en sautoir brochant sur le tout.
Billet de santé de 1721.
Fondée par l’ordre des templiers au XIIème siècle, la ville était initialement constituée de marais comme l’étymologie de son nom le rappelle.
La seigneurie passa au comte de Toulouse puis au Saint-Siège

Les positions des clefs sont opposées sur le blason gravé au fronton de la mairie.
Mornas (2 248 h)
http://www.mornas.fr/

d'azur à la lettre M d'or, au chef cousu de gueules, chargé d'une clef aussi d'or et d'une clef d'argent passées en sautoir
Le village est bâti au pied d’un rocher à pic et fort haut, dont l’un des sommets surplombe le vide de façon impressionnante tel un museau d’animal ; il est possible que l’appellation provençale mourre (ou nas) ait donné son nom au village.
Le village est cité en 818 (Morenatuso) puis de nouveau en 1037 (Mornaz).
L'occupation du site de la forteresse remonte au moins à l'époque romaine.
Au XIIe, les comtes de Toulouse, ayant pris possession de la place, reconstruisent et renforcent la forteresse.
En 1229, avec le traité de Paris, Raymond VII, Comte de Toulouse, remet le Comtat Venaissin au Saint Siège.
Mornas est ainsi seigneurie de l'archevêché d'Arles jusqu'en 1274, puis possession du Saint-Siège qui inféoda les terres à divers seigneurs.
En 1430, Pellegrin Brunelli, gentilhomme de la maison du pape Martin V doit capituler devant l’armée du Cardinal de Foix.
La place-forte jouera un rôle important de défense lors de la Guerre de Cent Ans, notamment contre les "compagnies" de routiers qui ravagent le pays à plusieurs reprise.
Négligée par l'Église pendant tout ce temps, la forteresse, mal entretenue, tombe facilement entre les mains des troupes protestantes en 1562 dirigées par Montbrun, lieutenant du Baron des Adrets, qui fait précipiter les réfugiés et la garnison du haut de la falaise. Dans les années qui suivent Mornas est alors successivement aux mains des catholiques et des huguenots.

de gueules, à deux clefs d'argent, passées en sautoir, surmontant la lettre M d'argent.
Ce blason est présent sur la porte St-Pierre.

Le drapeau rouge et jaune, aux couleurs de la Provence, flotte sur la citadelle.
Lamotte-du-Rhône (422 h)



Coupé : au premier de gueules à la clef d'or et à la clef d'argent passées en sautoir, au second d'argent au pont de trois arches de gueules, celle du milieu plus petite, sur une rivière d'azur.
Plus vieille référence en 1138 : Mota.
Co-seigneurie dont ½ au prieur de Pont-St-Esprit.
Le Pont Saint Esprit : Avec ses 19 arches enjambant le Rhône, il est depuis le XIIIème siècle, le témoin silencieux d’un riche passé historique.
Lamotte devient Lamotte-sur-Rhône en 1918.
Les illustrations sont des photographies de l'auteur, proviennent des sites indiquées sur la page ou de http://fr.wikipedia.org/.