Salanque-Méditerranée
La Communauté de Communes de Salanque-Méditerranée a été créée en décembre 1996 et comporte 17000 habitants.
La Salanque est une région du Nord du Roussillon, comprise entre la plaine littorale, les Corbières au Nord, le Fenouillèdes à l'Ouest, le Ribéral au Sud-Ouest et la Têt au Sud. Il s'agit de la plaine du Roussillon qui se poursuit au Sud de Perpignan, le paysage y est plat comme une limande.

Géographiquement, il faut savoir que la Salanque était, aux temps préhistoriques, une sorte d'immense marécage (d'ailleurs le mot "Salanque", "Sal-anque", signifie "Terres salées").

St Laurent de la Salanque (7 932 h)

http://www.saint-laurent-salanque.com/

Ces armes ont été définies par le Conseil Municipal en 1968 et elles se lisent en terme héraldique de cette manière : "taillé, au 1 d'azur à une voile d'argent, au 2 de gueules au gril de Saint Laurent d'or en pal".

Elles rappellent la double origine de la commune : maritime d'une part car l'activité de la population était essentiellement tournée vers la mer ou vers l'étang. Et d'autre part patronymique : "St Laurent", martyr (en Espagne v.210-Rome 256), diacre à Rome, qui distribua aux pauvres les richesses de l'Eglise plutôt que de les livrer au Préfet, et qui fut supplicié sur un gril ardent.

L'image de Laurent est donc double : celle de diacre fidèle jusqu'à la mort à son évêque, et modèle du clerc chargé de l'administration des biens de la communauté, modèle de l'ordre sacerdotale, mais aussi celle du 3ème patron de Rome avec les deux apôtres Pierre et Paul.

La seigneurie citée au 12ème passa à la couronne d'Aragon puis à celle de Majorque avant de revenir à l'Aragon jusqu'au traité des Pyrénées qui la rattacha à la France avec le Roussillon.

Le premier pont en bois traversant l'Agly y fut construit en 1692.

Elle s'appella "Sentinelle-de-l'Agly " pendant la révolution.

La commune ne fut détachée du Port-de-Barcarès qu'en 1930.

Pià (5 120 h)

http://www.mairie-pia.fr

parti d'argent et de sinople à la fasce de gueule

Ce nom parait être une abréviation du latin "Appia"; mais l'histoire de la période romaine est muette sur cet endroit, qui était peut-être la villa d'un "Appius".

Au Moyen-Age, les archevêques de Narbonne étaient seigneurs du lieu. C'est, en effet, un de ces prélats qui fit construire le château (1245-1257).

Les habitants de ce village ont eu, pendant longtemps, comme les béotiens en Grèce et les champenois en France, la réputation d'avoir l'esprit obtus et grossier. Les "Pianenchs" étaient devenus un sujet d'amusement, et cependant ils ne sont pas moins intelligents que le reste des Roussillonnais.

La légende est racontée sur le site du club de rugby à XIII , un des meilleurs de France, dont les couleurs sont vert, blanc et rouge.

"Nos aînés villageois pianencqs, un beau jour s'aperçurent qu'un magnifique chardon avait poussé tout en haut de notre clocher le célèbre Campana, chacun y alla de sa proposition et finalement en fut retenue une qui consistait à hisser avec une poulie un âne au faîte du « Campana » avec pour mission de manger le chardon. L'opération fût lancée, l'âne à qui on avait passé une corde au cou tirait une langue démesurée et les villageois de rétorquer que c'était de plaisir en voyant le chardon approcher. Bien sûr quand il fut redescendu, le pauvre bourriquet avait cessé de vivre, et c'est ainsi que fut colportée de village en village cette légende qui colle encore aujourd'hui à tous les pianencqs."

http://www.pia.sm13.info/club.htm

Le site "officiel" de la ville de Pia indique que les armes de PIA sont de gueules à la bande d’or accompagnée de deux pieds de céleri arrachés, du même. Il s'agit d'armes parlantes, le céleri se nommant «apit » en catalan, allusion à l'ancienne graphie d'Apià.

Ces armes sont données par l'Armorial de Pere Costa qui situe cette famille en Roussillon.

Mais cela semble une grave confusion de vouloir donner à un village les armoiries d'une famille homonyme. Les armoiries sont un symbole identitaire propre au groupe qui l'utilise. Il représente ce groupe et non le nom du groupe.

Claira (2 625 h)

http://histoireduroussillon.free.fr/

d'azur au dextrochère armé d'une épée haute posée en bande, le tout d'or, issant d'une burèle ondée d'argent en pointe, à la meule de moulin d'argent percée du champ, brochant sur l'épée, tiercée en pairle ondé renversé par un filet de sable, chargée au premier d'une cloche de gueules, au deuxième d'une tour donjonnée du même, ouverte et ajourée aussi d'argent, au troisième d'un chardon aussi de gueules.

dextrochère: Figure constituée par un bras droit, issant du flanc gauche de l'écu (à droite pour celui qui le regarde) et tendu vers le côté opposé.

burèle: Nom que prend la fasce lorsque sa largeur est fortement diminuée

brochant: Se dit d'une figure qui est placée par dessus une ou plusieurs autres et qui les cache partiellement.

Ancienne villa romaine : le domaine de Clarus appartint au roi de Majorque, passa à l'Aragon avant de devenir la propriété personnelle de Jeanne d'Aragon, fille de Pierre III.

C'est à Claira qu'eut lieu l'entrevue entre Louis XI et le roi d'Aragon.

St Hippolyte (1 849 h)

d'or aux quatre pals de gueules, à Saint Hippolyte martyr traîné par un cheval, le tout d'argent, brochant sur le tout

Hippolyte, après avoir enseveli le corps de saint Laurent, fut pris par les gardes de l'empereur. Revêtu de son costume de soldat, il refusa d'abjurer sa foi et fût traîné à travers les ronces et les épines, jusqu'au moment où il rendit l'âme, vers l'an 256.

Pendant le XIIIe siècle Pons de Vernet, qui à ce moment possédait la seigneurie de St Hippolyte vendit successivement plusieurs terrains et bâtiments à la commanderie Templière du Mas Deu. A sa mort en 1211 il lui légua aussi le château et tous les biens qu'il y possédait. C'est ainsi que le village passa sous la coupe de l'ordre du Temple. Déjà présent auparavant, les templiers créèrent un hôpital dans le village en 1190 qui perdurera jusqu'au XVIIe siècle. Le village fut une possession complète des templiers jusqu'à Philippe IV, qui ordonna la suppression de l'ordre. Il passa ensuite à l'ordre de St Jean de Jérusalem, qui éparpillèrent en partie leurs biens.
Les illustrations sont des photographies de l'auteur ou proviennent des sites indiqués sur la page.