Vallée de l'Avance

http://www.valleedelavance.com/

La Communauté de Communes de la Vallée de l’Avance a été créée le 14 décembre 2001.
Elle succède au SIVOM de la Vallée de La Vance qui datait de 1971.
La commune de Chorges est venue la rejoindre le 1er janvier 2003.
Chorges (1882 h)

http://www.mairie-chorges.fr/

Chòrjas


D’azur au chevron bretessé d’or à la croix d’argent issant de la pointe, au chef d’or chargé de 3 coeurs de gueules
Chorges, nommé dans les itinéraires Caturrigomagus était l’une des capitales de la peuplade gauloise des Caturiges  Les Caturiges se battent vaillamment dans tous les passages des montagnes contre les armées de César. Vaincu, le village gaulois de Chorges devient une honorable cité, appelée Civit Catur. Selon Pline, les Caturiges jouissent des privilèges latins, ce qui n’est pas le cas de la plupart des gallo-romains. La cité gallo-romaine est, au IVe siècle, la capitale du Pagus Rigomagensis de la Notitia Galliarum. Chorges est même la capitale d’un évêché, supprimé à l’époque de l’installation des Burgondes, vers 480.
Au XIe et XIIe siècles, l’Embrunais dépend d'un administrateur. Chorges est indépendante d’Embrun et possède sa châtellenie et son tribunal ou Cour commune. La bourgade est détruite avant 1077 par une guerre, selon Joseph Roman. Mais l’acte qui parle de la reconstruction, qui va durer un siècle, veut peut-être parler de ruines datant des guerres contre les Sarrasins.
Chorges est initialement choisie comme siège du chef-lieu du département des Hautes-Alpes (1790), avant qu’il ne soit transféré à Gap.
La Bâtie-Neuve (1687 h)

http://commune-la-batie-neuve.fr/



D'azur à un château à deux tourelles et clocheton d'or, sommé d'un pennon de gueules.
Présence protohistorique.
Lieu de carrefour de plusieurs voies romaines.
Ancien château fort créé au 13ème, appartenant aux évêques de Gap.
Montgardin (380 h)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Montgardin


Mantelé de gueules au château d'argent maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ, surmonté d'une rose aussi d'argent, et d'or à deux dauphins affrontés d'azur crêtés, barbés, lorés, peautrés et oreillés de gueules.
Le blason est une création de Jean-François Binon adopté le 22 mai 2007.
Du latin médiéval mons (« montagne ») et gardinus (« jardin »).
Le site de Montgardin est habité depuis au moins l'époque celtique, puisqu'on y retrouve les traces d'un oppidum. Le lieu est alors situé à la frontière entre la nation des Avantices de Gap et celle des Caturiges de Chorges. Cet oppidum servit semble-t-il de base à l'armée romaine d'Octave pour ouvrir la voie entre la Gaule narbonnaise et l'Italie et conquérir les villes de Chorges puis d'Embrun
Elle est la possession de la famille Rambaud qui en conserve la seigneurie jusqu'en 1649, date où Montgardin passe aux Aiguebelle.
La Rochette (375 h)
http://www.communes.com/provence-alpes-cote-d-azur/


indiqué par le site en référence mais douteux car forte ressemblance avec le blason de Gap
Petit village étagé au flanc de la montagne, en position de belvédère : quelques toits aux jolies tuiles rondes.
Restes d'un donjon 12ème.
Château d'Auriac 12ème
Avançon (330 h)
http://avancon.valleedelavance.com/
Si Montgardin a bien l'étymologie évoquée ci-dessus, l'étymologie populaire des villages d'Avançon et de Montgardin tient en cette légende : on dit que le Christ monté sur un ânon vint à passer dans la vallée. L'animal se traînant comme tout bon âne, il lui cria : « Avançons ! ». Le nom est resté. Un peu plus loin, il se fâcha pour de bon : « Monte, gredin ! » Montgardin était né !
Présence gauloise.
Mentionné en 1100.
L'église conserve le tombeau d'André Garnier, curé d'Avançon, élu évêque constitutionnel des Hautes-Alpes en 1800 et appelé par dérision "l'évêque de plâtre", par allusion aux plâtrières exploitées dans la vallée de la Vance.
Les ancêtres paternels de Théophile Gautier sont originaire d'Avançon.
Rambaud (279 h)

http://rambaudvillage.free.fr/


De sinople à un Saint Marcel de carnation, vêtu d'argent, bénissant de la dextre, tenant de la sénètre une crosse d'or et portant une mitre du même.
Mentionné en 1100.
L'ancienne église Sainte-Croix a été ruinée par les protestants
La Bâtie-Vieille (246 h)
http://chateau.over-blog.net/article-20026807.html

La tour du vieux chateau est l'emblème de La Bâtie-Vieille.
Présence romaine.
Au 11ème siècle, il semble qu'un fortin soit construit sur la butte.
A la fin du 12ème siècle, l'évêque de Gap fait construire une fortification sur la colline pour prévenir des attaques.
Au début du 13ème siècle, la famille Faudon, vassal du Comte de Forcalqier, fait construire une forteresse sur la colline en face. Cette construction "rivale" ne va pas plaire à l'évêque de Gap. Un conflit est inévitable.
L'évêque de Gap fait détruire le "fortin" ennemi en face.
En 1420, l'évêque fait réaliser de nombreux travaux de modernisation de défense suite à l'amélioration de la puissance des armes de jets.
En 1517, le château fort est brûlé par les troupes du maréchal de Saint-André.
Saint-Étienne-le-Laus (215 h)
http://hautes-alpes1789.ifrance.com/05140.html

De gueules aux trois chevrons d'argent, au chef cousu d'azur chargé d'une croix aussi d'argent.
Adopté le 9 juin 1968 par le conseil municipal.
Ce sont les armes des Saint Marcel avec la croix d'Embrun en chef.
Commune formée par la réunion des paroisses de Saint-Etienne et de Notre-Dame-du-Laus.
S'appela St Etienne d'Avençon avant 1914.
Les Saint Marcel étaient seigneur du XI au XVIIe.
Au XVIIe siècle, une jeune paysanne de la commune, Benoîte Rencurel, est le témoin d'apparitions répétées de la Vierge Marie. Dès 1664, puis pendant plus de cinquante ans, elle s'entretient avec "Dame Marie", qui lui demande d'édifier une chapelle dans un vallon des environs, où les pèlerins pourront venir expérimenter la miséricorde de Dieu.
Très vite, les foules de tout le sud-est de la France se déplacent vers le vallon ; le lieu-dit prend le nom de Notre Dame du Laus. Depuis lors, la chapelle est le but d’un pélerinage fréquenté.
Outre la basilique, qui enchâsse le premier oratoire construit sur les instructions de Benoîte Rencurel, on trouve, dans les environs des bâtiments des sanctuaires, plusieurs chapelles et oratoires qui rappellent les lieux et moments qui ont marqué les 53 années d'apparitions de la Vierge à la voyante.
Le procès en béatification de Benoîte Rencurel, est en cours.
Valserres (192 h)
http://valserres.valleedelavance.net/


D'azur à une grappe de raisin tigée et feuillée au naturel, à l'inscription en chef VALSERRES en lettres capitales d'or.
Mentionné en 1190.
Siège d'un ancien prieuré dépendant de l'abbaye de Boscodon.
2 coseigneuries.
Les illustrations sont des photographies de l'auteur ou proviennent des sites indiqués sur la page.