Communauté d'agglomération du Grand Avignon ouest
.
.

http://www.grandavignon.fr/

Par arrêté préfectoral du 12/12/1994, la création de la Communauté de Communes du Grand Avignon est officialisée. La C.O.G.A. voit le jour le 1er janvier 1995. Le périmètre de la C.O.G.A. comprend alors 4 communes : Avignon, Le Pontet, Morières et Saint-Saturnin.

Le 1er janvier 2001, la C.O.G.A. devient une Communauté d'Agglomération.

Au 1er janvier 2004, la C.O.G.A. comprend 12 communes réparties sur deux départements (8 dans le Vaucluse et 4 dans le Gard), soit 160.000 habitants.

En fin 2008, la commune d'Entraigues-sur-la-Sorgue est venu rejoindre la communauté.

En 2014, ce sont Pujaut et Sauveterre qui rejoignent.

En 2017, c'est Roquemaure.

voir COGA est

.
.
Avignon (91 921 h)

Avignoun

logo 2018

http://www.avignon.fr/

logo 2009

De gueules à trois clefs d'or posées en fasce l'une au-dessus de l'autre, les pannetons à dextre.

L’écu soutenu par deux gerfauts, avec cette devise : UNGUIBUS ET ROSTRO (à bec et griffes).

Ces armoiries datent du pontificat du Pape Clément VI lequel ayant acheté cette ville en 1348 voulut en changer le blason et remplaça l’aigle par trois clefs d’or, sur un champ de gueules.

Les clefs de Saint-Pierre symbolisent la relation avec le Saint-Siège (qui lui utilise deux clefs liées en sautoir), et le nombre de trois provient du fait qu’il y avait alors pour gouverner la ville, trois syndics, que le Pape Sixte IV permit, peu de temps après, d’appeler consuls.

Les gerfauts proviennent de l'ancien blason de la ville donné par l'empereur d'Allemagne.

Ville romaine citée au 1er siècle avant J.-C. Etymologie "Avenio", "ville du vent violent" ou "ville du fleuve".

Elle devient Colonia Julia Hadriana Avenio entre 41 et 65, une colonie de droit latin.

En 1129, Guillaume III, comte de Forcalquier, remet, avant de mourir, à l'évêque, aux chevaliers et aux prud'hommes d'Avignon, "pouvoir, juridiction et seigneurie". Avignon, libéré de cette autorité, s'érige en commune, en 1161, et se fait confirmer ses privilèges par l'empereur Frédéric Barberousse.

Le célèbre pont Saint Bénézet, du nom de son fondateur, est terminé en 1185.

Alliée à Toulouse, la cité est prise par le roi de France, Louis VIII, en 1226, au départ de la croisade des Albigeois.

Terre des comtes de Provence, qui obtinrent en 1290 la part du comte de Toulouse. Avignon devint le siège de la Papauté en 1309.

En 1348, la reine Jeanne vendit la ville aux papes qui la conservèrent jusqu'en 1790. De 1309 à 1378, sept papes s'y succédèrent et bâtirent le Palais et les remparts. Après le départ de Benoît XIII, anti-pape du schisme de 1378, Avignon devint résidence des légats et vices-légats de Rome. L'université fut fondée en 1303 par Boniface VIII.

Troubles au cours des guerres de Religion, la population ayant pris dans son ensemble le parti protestant.

En 1791, Avignon fut rattachée à la France et connut une période agitée, avec insurrection fédéraliste (réduite en 1793), pillages et déportations.

En 1947, Jean Vilar créa le festival de théâtre de renommée internationale.

Version un peu différente du blason présente sur les boutiques du marché de Noël de la ville.

Le Pontet (17 530 h)

http://www.ville-lepontet.com/

D'azur au pont à une arche d'argent maçonné de sable, surmonté de trois clefs d'or posées en fasce (version adoptée en 1984).

Le pont évoque le nom de la commune et les trois clés, la ville d'Avignon dont elle fut détachée le 17 février 1925.

Cité en 1507 : "Parietes Ponteti secus Rhodanum". Le nom de cette commune vient du pont sur la Roubine de Morières.

Le territoire du Pontet était constitué au 14ème de grands domaines appartenant à des notables d'Avignon qui ont laissé leurs noms aux quartiers modernes. Ce fut très longtemps un hameau de peu d'importance, simple relais de diligences.

Le Pontet prit son essor au 19ème grâce à Charles Thomas (1787-1871) qui y implanta un moulinage de soie et un moulin à garance ; il fit des travaux de drainage et fertilisa la commune aux terres jusque-là marécageuses et incultes. Les Thomas créèrent aussi le champ de courses de Roberty.

Cette banlieue d'Avignon fut érigée en commune en 1925 ; c'est la plus "jeune" commune de Vaucluse. Destructions au cours de la dernière guerre par bombardements aériens. Centre industriel important.


En 1941, la commune portait:

Coupé: au 1er de gueules à trois clefs d'or posées en fasce et rangées en pal, au 2e d’azur au pont à une arche d'argent maçonné de sable.

Villeneuve-lès-Avignon  (11 698 h)


logo actuel 2008

http://www.villeneuvelesavignon.fr/


ancien logo

Parti d'azur aux trois fleurs de lys d'or et de gueules au sautoir d'or.

Symbolise le roi de France créateur de la ville et l'abbaye de Saint André.

Siège d'une abbaye de bénédictins, fondée avant le 10ème, sur le Puy Andaon, près du tombeau de sainte Casarie, morte en 587 dans une grotte.

Conscient de l'intérêt stratégique du site, terre française face à Avignon, Philippe le Bel fit édifier un donjon au débouché du pont Saint-Bénézet.

En mars 1293, le roi crée Villeneuve Saint André qui deviendra Villeneuve lez Avignon.

Au 14ème, après l'installation des papes en Avignon, Jean le Bon et Philippe VI de Valois fortifièrent l'abbaye Saint-André et en firent le symbole de la puissance royale face au palais des Papes, symbole de la puissance pontificale. La ville se développa alors, et de nombreux cardinaux y eurent leur résidence. Après le départ des papes, la prospérité de Villeneuve persista jusqu'à la Révolution.


Voilà une nouveauté qui n'arrive pas si souvent : en septembre 2008 la ville de Villeneuve lez Avignon a changé son logo.
Emilie Villette-Beraud, conseillère municipale déléguée à la communication, et Laetitia Dugas, conseillère municipale déléguée à l'événementiel et à l'image de la ville, nous en expliquent les raisons.
Pourquoi avez-vous changé le logo de Villeneuve lez Avignon ?
Emilie Villette-Beraud : Ce changement voulu et réfléchi est né d'un constat très simple :
la ville a évolué et donc son image le devait aussi. Villeneuve lez Avignon est aujourd’hui une ville dynamique, en phase avec son temps, qui n’oublie pas pour autant son prestigieux passé.
Son logo doit en être le reflet.
Laetitia Dugas : A travers ce logo c'est l'image de Villeneuve qui est véhiculée. Ce changement est donc un acte fort.
Quelle est sa symbolique ?
 EVB : L’esprit patrimonial a été conservé avec les créneaux (remparts du Fort Saint André
ou la Tour Philippe Le Bel…) et la couleur (gris chaud de la pierre).
La police de caractère choisie est résolument moderne, traduisant le souci de Villeneuve de toujours s’inscrire dans son temps.
LD : La modernité se traduit par la simplicité de sa forme (carrée), le traitement graphique des créneaux, et l'insertion du « V » (Villeneuve). Nous voulions que ce logo symbolise l’alliance entre la modernité de la ville et la richesse de son patrimoine.
extrait de Villeneuve Mag n°26 de Décembre 2008
Les Angles (8 349 h)



https://www.ville-les-angles.fr/fr/accueil-1-1-1

De sinople au pal losangé d'argent et de sinople

Villa de Angulis (1088).

Primitivement les comtes de Toulouse étaient seigneurs des Angles qu'ils cédèrent à l'abbaye de Saint-André (11ème).

Le village fut pris et pillé par les huguenots au 16ème.

Rochefort-du-Gard (7 532 h)

http://www.ville-rochefortdugard.fr/

D'azur à la bande losangée d'or et de gueules.

Les armoiries datent de Géraud d'Ami qui régna jusqu'en 1332 .

La devise actuelle est: LOU SOULÈU LUSIS PÈR TOUTI ! (Le soleil luit pour tous).

La chapelle Notre-Dame-de-Grâce, construite par Charlemagne à la suite d'une victoire sur les musulmans, devint un sanctuaire marial jouissant de la protection des papes d'Avignon.

ROCA-FORTIS apparaît pour la première fois, dans le cartulaire de Franquevaux en 1169.

En 1295, Philippe le Bel échange avec Gérard de Amici, seigneur de Chateauneuf et baron de Lunel, la terre de Rochefort contre la moitié de la baronnie de Lunel, où se trouvait le port d’Aiguesmortes. Cette échange, par lequel Gérard de Amici devint seigneur de Rochefort fut une calamité par la vexations dont il accablait les habitants de Rochefort et tous ses autres vassaux qu’il leur prenait tout jusqu’à leur lit.


Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
14e volume, Languedoc (1ère partie), folio No 138
Saze (2 037 h)

https://www.mairie-saze.fr/

De vair au chef losangé d'or et de gueules

Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
14e volume, Languedoc (1ère partie), folio No 108.

Siège d'un prieuré uni au chapitre de Notre-Dame-des-Doms d'Avignon.

On comptait 9 feux à Saze en 1384.

Roquemaure (5 481 h)



http://www.mairie-roquemaure.fr/


 

De gueules, à trois rocs d'échiquier d'or posés 2 et 1, et un chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs de lys d'or
Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
14e volume, Languedoc (1ère partie), folio No 251.

En 218 avant Jésus Christ, le jeune chef des armées carthaginoises, Hannibal, choisissait de franchir le Rhône avec toute son armée et ses fameux éléphants à Roquemaure. La bataille qui eut lieu contre les gaulois amassés sur la rive gauche du Rhône resta, durant l’antiquité, comme une réussite sans pareil de l’art militaire.
Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possède trois églises, dont elle perçoit les revenus. La première est Saint-Agricol d’Albaret; la deuxième, Sancti Martini de Riberiis vel Sancti Genesii de Mimarno, se trouvait sur l’île de Miémar et a été emportée par le Rhône ; la dernière est Saint-Sauveur au hameau du Truel (ces deux dernières appartiennent encore à Saint-André au début du XIIIe siècle).
En 1213, l'Œuvre du Pont Saint-Bénézet achète l'église de Roquemaure et ses bénéfices
En 1384, Roquemaure se composait de 5 feux et en 1789, de 929.
La viguerie d'Uzès fut divisée en deux. Il y eut la viguerie haute ou Cévennes, et la viguerie basse qui prit le nom de la Côte du Rhône4. Un premier édit royal daté du 27 septembre 1729 tenta de donner une identité vinicole à cette petite région. Il fut insuffisant et modifié en 1731 en ces termes :
« Tous les tonneaux de vin destinés pour la vente et transport du cru tant de Roquemaure que des lieux et paroisses voisines et contiguës : Tavel, Lirac, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Geniès-de-Comolas, Orsan, Chusclan, Codolet et autres qui sont de qualités supérieures seront marqués sur l'un des fonds, étant pleins et non autrement, d'une marque de feu qui contiendra les trois lettres C D R signifiant Côte du Rhône avec le millésime de l'année »
En 2017, Roquemaure quita la Communauté de Communes de Côte du Rhône Gardoise pour intégrer la communauté d'agglomération du Grand Avignon.
D'argent à trois rocs d'échiquier de sable
d'après Gastelier de la Tour.
Pujault (4 136 h)

http://www.mairiepujaut.fr/

De gueules au puy d'argent, mouvant d'un rivière étang d'azur, lui-même mouvant de la pointe, et surmonté de trois fleurs de lis d'or rangées en chef.
Podio Alto en 1043 (Puy haut) signifiant colline haute.
Vers l'an 1000 fut construite la chapelle Saint-Vérédème, de style roman.
Au XIIe siècle, Pujaut fait partie des possessions de la dynastie des Raimond de Toulouse.
En 1340, le Cardinal Pierre Bertrandi ordonna la construction de l'église Saint-Jacques, où il se fit enterrer en 1349.
Pendant les Guerres de Religion, Pujaut est pris par les Protestants en 1567, d'où il se retirèrent trois ans plus tard (le 24 février 1570), après avoir incendié une partie du village.
L’entreprise d’assèchement de l'étang dura de 1603 jusqu'en 1630, mais grâce au travail, et à la patience des hommes, l’essor du village a pu être possible.
1919: création  d'un aérodrome
1935: création d'un centre d'instruction au prachutisme.
Sauveterre (2 036 h)

https://www.mairiesauveterre.fr/

D'argent au mont au naturel parsemé de buissons de sinople, mouvant d'une mer ondée d'azur, et accompagné à dextre du chef d'une étoile d'or.
L’évêque d’Avignon cède en 1120 l’église paroissiale Saint-Marie-de-Fours à l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, puis en 1195 l’église Saint-Jean. L’abbaye perçoit leurs revenus
La commune de Sauveterre est créée par la loi du 21 mai 1850, par soustraction d'une partie de la commune de Roquemaure.
Les illustrations sont des photographies de l'auteur, proviennent des sites indiqués sur la page ou de https://armorialdefrance.fr/