Sud Ste Baume

http://www.cc-sudsaintebaume.fr/

La communauté de communes Sud Ste Baume reprend le territoire du canton du Beausset et y ajoute Evenos.

Elle comporte 30 985 habitants.

Bandol est venu rejoindre l'intercommunalité le 20 décembre 2010.

Le Beausset (7 807 h)

lou Beousset

http://www.ville-lebeausset.fr/

d'azur à la Vierge d'or, reposant sur un croissant d'argent et nimbée par sept étoiles du même.

L'église paroissiale est dédiée à Notre Dame de Beauvoir.

Un document datant de 1151 parle de " Rupes Veteris Baucerti " c'est à dire Rocher du Vieux Baucet. "Baussetum". L'orthographe logique "Le Bausset" a été modifiée inexplicablement en "Beausset" vers 1800, et a été adoptée définitivement, malgré les vaines réclamations du maire Sicard en 1819 ; l'étymologie vient du provençal "baus", rocher escarpé ; d'où Bausset, petit escarpement.

Fief présumé de la famille des Baux, puis des vicomtes et des évêques de Marseille.

Village groupé autour de son château fort, qui eut à souffrir des luttes seigneuriales, des incursions barbares et des guerres de Religion. En 1506, migration des habitants dans la plaine. En 1615, la population mécontente demanda à Richelieu la démolition du château.

Le bataillon de milice de Beausset participa activement à la Révolution, lors du siège de Toulon, l'armée républicaine y séjourna.

Autour de la vierge, la devise:"Baussetensium Advocata": Avocate du Beausset.

La Cadière d'Azur (4 297 h)

la Cadièro

http://www.lacadieredazur.com/

Les armes actuelles sont:

d'azur, à un tabouret d'or, au chef de gueules chargé de la croix de St André d'or.

A l'origine, terre de l'évêché de Marseille, elle fit ensuite partie des biens de l'abbaye de Saint Victor.

Elle porta successivement les noms de Cadiera, puis Cathédra (allusion possible au siège de l'évêque) pour revenir ensuite à l'appellation de Cadiera.

En 1749, La Cadière d'Azur perd le territoire de Bandol, érigé en commune indépendante, et en 1825 celui de Saint-Cyr-Sur-Mer, lui aussi érigé en commune indépendante.

L'Armorial Général de France de 1696 indiquait:

d'azur, à une chaire de prédicateur d'or, et un chef cousu de gueules, chargé d'un sautoir alaisé d'or.

Armes parlantes car une chaire se dit cathédra en latin

Mais la plus ancienne représentation des armoiries de La Cadière (sculptée par Melchion Bourgarel de Toulon et datée de 1676) se trouve sur le piédestal d'une vasque que l'on peut voir sur le haut du village.

Ce dessin ressemble fortement à la description qu'Achard donne dans sa "Géographie Historique de Provence": de gueules, à la croix de St André d'or, avec un tabouret au milieu.

Le Castellet (3 839 h)

http://www.ville-lecastellet.fr/

d'or à trois plantes de joubarbe de sinople.

Ancienne place forte celto-ligure, puis gallo-romaine, la vieille bastide seigneuriale appartint à la maison des Baux et au Roi René.

Parmi les hôtes célèbres du Castellet, on retiendra les Frères Lumière dont la maison est occupée aujourd'hui par le restaurant "Castel Lumière".

Evenos (1 924 h)

Ebro

http://www.evenos.com/

L'Armorial Général de 1696 donne page 1160 du volume 30, les armoiries suivantes:

d'azur à une croisette d'or en chef adextrée de la lettre E et senestrée de la lettre N du même, posée en coeur, et une montagne d'argent mouvante de la pointe.

Perché sur un piton basaltique domine la commune avec son château féodal à l'imposant donjon ; depuis le chemin de ronde, on découvre un panorama allant de la Ciotat à la rade de Toulon, avec une vue vertigineuse sur les gorges d'Ollioules.

Cité en 1141 "Evena".

Seigneurie des vicomtes de Marseille, puis des Ligne et des Vintimille. Construction du château au 10ème.

Les Pères de l'Oratoire y possédaient bastide, chapelle et terres qui furent confisquées à la Révolution ; le lieu-dit "les Pères" en garde le souvenir.

En 1592, le château résista au canon de Lesdiguières ; défense énergique du capitaine Isnard d'Ollioules.

Au 18ème, le village "descendit" dans la plaine ; la commune-mère devint Sainte-Anne-d'Evenos ; 2 autres hameaux, le Broussan (2 km nord-est), les Garniers (2,5 km nord-est).

De Bresc dans son "Armorial des communes de Provence" de 1866 se trompe et indique un F à la place du E. Cette erreur est malheureusement reprise par la suite par les auteurs qui ne vérifient pas leurs sources.

Avant ces armes, Evenos portait seulement une croix pour armoiries. Ce sont les armes que les consuls firent sculpter en 1506 sur la principale fontaine du village.

Riboux (36 h)

http://www.lemidi.com/

d'azur à trois raves d'argent posées deux et une.

Armes parlantes tirées du mot provençal Rabo: rave.

Riboux est un village du bout du monde, à l'Ouest du Var et qui n'est accessible qu'en passant par les Bouches-du-Rhône.

C'est un village de solitude, de 1300 hectares de forêt, de collines arides et calcaires. Pour la première fois, l'endroit est cité sous le nom de Ribols en 984 dépendant alors des évêques de Marseille.

Autrefois, Riboux était renommé pour son huile de cade, sa production de résine de pin qui servait à la confection d'essences subtiles, sa culture fruitière, ses champs de lavande et ses milliers de moutons.

Saint Cyr sur Mer (11 562 h)

San Ceri

http://www.saintcyrsurmer.fr/

L'origine du nom de St Cyr provient du martyre du fils de Julitte : Cyr. Julitte persécutée par Alexandre ne renia jamais sa foi chrétienne. Cyr séparé de sa mère connut également les tourments du martyre. Les restes de leur corps furent emportés en Gaule et de nombreux sanctuaires furent placés sous leur patronage.

Dés l'époque grecque, la colonie phocéenne de Massilia fondée vers l'an 600 avant JC avait établi sur la cote varoise de nombreux comptoirs, dont celui de Tauroeis, devenu par la suite de Tauroentum.

Mais à la chute de l'empire romain, la population chassée par les pirates sarrasins se réfugia sur la hauteur et fonda la Cadiére. Plus tard les habitants redescendirent la plaine fertile de Saint Cyr pour y établir auprès d'une chapelle de ce nom de la ville actuelle.

A la demande de François d'Arquier de Barbegal et de quelques notables, ce hameau fut détaché de la Cadiére après demande auprès de Charles X. Le souverain fit droit à sa requête et le 6 Juillet 1825 San Ceri prenait rang sous le nom de St Cyr parmi les communes du Var.

Signes (2 055 h)

Signo

http://www.signes.com/

de gueules à un cygne d'argent

Cité en 984, Sigma; au XIII ème siècle il existait 3 villages: Castrum Vétis, Sigma Blanque et Sigma de Barrenquis. Seigneurie des vicomtes de Marseille puis de l'évèque de Marseille. Cours d'amour au Moyen Age.

En 1572, Frédéric de Béqueneau, évêque de Marseille et seigneur de Signes fut assassiné dans sa résidence. Les habitants de Signes furent longtemps appelés "les tueurs d'évêque".

En 1650, le chateau fut occupé par les troupes du duc de Guise et fut rasé par la suite.

En 1707, défaite austro-sarde devant les murs de Signes.

En 1944, haut lieu de la résistance, on découvrit 3 charniers de résistants varois.

Les blasons et drapeaux proviennent des sites indiqués dans la page, de photos de l'auteur ou du site Gallica.