Riviéra Française

http://www.riviera-francaise.fr/
La communauté d'agglomération de la Riviéra Française comporte 15 communes des Alpes Maritimes. Elle a été créée le 27 septembre 2001. En 2010, Peille est partie pour la communauté de communes des Paillons.
Pour les autres communes d'origine voir  Mentonnais
Le Préfet des Alpes Maritimes a arrêté fin décembre 2011 le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale (SDCI) pour les 163 communes des Alpes Maritimes. Selon ce schéma, 5 communes de la vallée de la Roya intègrent la Communauté d'Agglomération de la Riviera Française, voir Riviera3.
Beausoleil (12 876 h)

Beusouleu



http://www.villedebeausoleil.fr/
 

D'azur à l'olivier d'argent, terrassé d'or, accompagné d'un soleil mouvant de l'angle sénestre du chef, et d'une étoile, en canton dextre du chef, le tout du même.

Ce blason a été créé le 30 novembre 1904 à la création de la commune.

Le Territoire actuel de Beausoleil fut intégré au début du XIe siècle au municipe de Peille puis à la seigneurie de la Turbie en 1078, qui comprenait aussi l'actuel territoire de la principauté de Monaco. En 1191, la bulle d'or de l'empereur du Saint Empire Romain Germanique Henri VI confiait le Rocher et le territoire de Monaco à la République de Gênes "pour défendre la chrétienté contre les sarrasins". Dès lors, s'ouvrait un très long conflit entre les comtes de Savoie et les seigneurs de Monaco, et, à travers eux, les populations Turbiasque et Monégasque, pour l'annexion du territoire de Beausoleil riche en pâturage d'hiver ou "bandites", et, olivettes, vergers et vignes. Les accords des 14 et 24 Novembre 1760, signés entre la principauté de Monaco - Honoré III - et le Royaume de Savoie-Piémont - Charles Emmanuel - clorent définitivement ce conflit en établissant clairement une frontière qui a été maintenue en 1860 et correspond à l'actuelle limite entre la France et Monaco.

De 1860 à 1904 : un tissu urbain se crée pour donner naissance à Beausoleil C'est à la fin du XIXe siècle que la future ville de Beausoleil se dessine, notamment grâce au prodigieux essor économique de Monaco. En effet, face à la réussite de la S.B.M. (Société des Bains de Mer) créée en 1856, accentuée par l'apparition de nouveaux axes de communications comme le chemin de fer et l'ouverture de la basse corniche en 1868, Monaco abolit dès 1869 les impôts directs. Ce développement économique s'étend rapidement sur le territoire inférieur de La Turbie limitrophe à la Principauté : en 1894, on inaugure la ligne de la Crémaillère dans un but touristique, reliant Monaco avec le Haut de La Turbie. La partie inférieure de La Turbie, s'appelle désormais : "Monte Carlo Supérieur" ...

Camille Blanc,président de la S.B.M. et futur premier Maire de Beausoleil, crée en 1896 la Société Immobilière de Monte-Carlo Supérieur. En 1898, la société Belge des Grands Hôtels et Wagons lits entreprend la construction du très luxueux Riviéra Palace. Cette prospérité attire de nombreux travailleurs essentiellement Italiens qu'il faut loger et, en 1897, les quartiers populaires des Moneghetti et du Carnier commencent à émerger. Le "Haut de Monte-Carlo" va bientôt être trois fois plus peuplé que son "chef lieu de La Turbie". Financièrement, "Monte-Carlo supérieur" paye les 4/5e des contributions... Dans le souci de continuer son développement économique sans être ralenti par la commune de La Turbie attachée à son antique tradition rurale, Camille Blanc élu Maire de La Turbie en 1900 va obtenir l'autorisation de détacher les Territoires de Monaco superieur à La Turbie pour enfin créer, en 1904, Beausoleil, commune indépendante dont il sera le premier Maire.


Le fanion de Beausoleil est parti bleu et jaune.
La Turbie (3 043 h)

Turbia

D'azur aux ruines du trophée d'Auguste au naturel.

La pacification de la région peu avant notre ère  eut pour conséquence la création de nouvelles voies et le libre passage entre la Gaule et l'Italie. Le Sénat romain décida de commémorer cet important résultat en élevant à La Turbie, point stratégique sur la voie aurélienne, un monument à la gloire d'Auguste : celui-ci fut utilisé comme forteresse au 12ème et comme carrière de pierre après son démantèlement; démantelé par Louis XIV, il fut consolidé au 19ème et Formigé le restaura en son état actuel en 1930, grâce au mécénat de l'américain Edouard Tuck.
L'histoire seigneuriale de La Turbie est compliquée : elle relevait à l'origine du Consulat de Peille et à partir du 13ème constitua une co-seigneurie où intervinrent de nombreuses familles de notables niçois ; érection en baronnie au 17ème.
Création des communes de Beausoleil (1904) et de Cap-d'Ail (1908) par détachements du territoire de La Turbie.
Moulinet (249 h)

De sinople, au pairle ondé renversé d'argent, accompagné en chef, à dextre d'une crosse d'or avec son sudarium d'argent, à senestre, d'une roue de moulin d'or, et en pointe d'une montagne de trois coupeaux d'argent.

Village datant du XI ème siècle. Dépendant de Sospel, il y fut construit un moulin "Molinetto".

En 1500, la paroisse fut créée.

En 1873, la population du village étant de 1160 personnes, 60 familles émigrèrent en Algérie où ils créerent le village de Bois Sacré aux environs de Tizi-Ouzou.

Le village fut bombardé et les populations évacuées en 1945.

Sospel (2 937 h)

http://www.sospel.fr/

http://www.sospel-tourisme.com/

De gueules à saint Georges à cheval d'argent terrassant le dragon de sinople.

Saint Georges est le saint patron du village de Sospel.

Cité en 1095 "in loco Cespedelli".

Relevait d'abord du comté de Vintimille, puis de celui de Provence en 1258, et enfin de la Savoie.

Administration consulaire, chef-lieu de viguerie, place stratégique au confluent de la Bevera et du Merlanson, Sospel fut de tous temps une place importante dont l'influence fut rehaussée en 1702 par le rayonnement intellectuel de "l'Académie des Occupés littéraires" créée en 1702 et qui attira historiens, chroniqueurs et poètes.

En 1370, Sospel avait pris le parti du pape d'Avignon contre l'antipape de Rome: son église devint alors cathédrale pour un temps.

Sospel souffrit beaucoup des combats de 1944.

C'est aujourd'hui un important centre touristique et de séjour.

Le drapeau de Sospel est formé de deux bandes horizontales bleue et jaune.
Les blasons proviennent des sites indiqués dans la page ou de Armorial niçois,