Mentonnais

http://www.riviera-francaise.fr/
La communauté d'agglomération de la Riviéra Française comporte 11 communes des Alpes Maritimes. Elle a été créée le 27 septembre 2001.
voir Riviéra
Menton (29266 h)

http://www.villedementon.com/

Les anciennes armoiries de Menton étaient : d'azur à Saint Michel terrassant le dragon, tenant dans sa main dextre une épée levée et dans sa senestre une balance, le tout d'argent, accompagné des inscriptions de sable posées en pal, à dextre DEFENSOR et à senestre MENTONI.

Aux confins de la Côte d'Azur et des Alpes ligures, la seigneurie de Menton est apparue au XIIe siècle. Elle appartient alors à la famille génoise des Vento.

En 1346, Menton devient propriété de Charles Grimaldi, seigneur de Monaco. Dès lors, son histoire se confond avec celle de la principauté.

En 1848, Menton fait sécession et se proclame ville libre sous la protection sarde. Elle choisit son rattachement à la France en 1860 et Charles III de Monaco abandonne ses droits sur la ville à l'empereur Napoléon III. Menton est rattachée au département des Alpes-Maritimes.

La nouvelle économie locale, le "grand tourisme", se développe dès 1880. Menton devient station climatique. Jusqu'en 1914, aux beaux jours de l'hiver, hôtels et villas accueillent de riches hôtes venus d'Angleterre, de Russie et du reste de l'Europe.

Pendant la révolution à Menton en 1848, la Commission provisoire du gouvernement utilisa les armes suivantes : "d'argent à l'oranger sur un mont de trois coupeaux, le tout au naturel ; à la bande d'azur, chargée de trois étoiles d'or ; au franc-canton de gueules, chargé d'une lettre F d'or bordé du même". Cette description semble venir tout droit des armoiries de la famille de May qui vivait à Villefranche : "d'argent à l'olivier de sinople ombré d'or, au chef d'azur à troix étoiles d'or".

Le 21 Mars 1848 fut proclamé l'independance des "Villes libres de Menton et de Roquebrune". Le 18 Septembre 1848 la Savoie prit temporairement l'administration des villes.

parti: au premier d'azur au Saint-Michel d'or terrassant un démon du même; au deuxième d'argent à un citronnier au naturel posé sur un mont du même, baigné par une mer d'azur ondée d'argent, au comble d'azur chargé de trois étoiles d'argent, et un canton senestre chargé de la lettre F d'or.

Quand Charles III de Monaco abandonna ses droits sur la ville et les céda à Napoléon III, la lettre F du franc-canton fut remplacée par un N pour Napoléon entre 1865 et 1870, pour revenir ensuite au F initial.

Pendant une période après 1950, le franc-canton et sa lettre F ont disparu de la description officielle.

Drapeau de la commune parti bleu azur et blanc.

Le drapeau a été adopté en 1956 sur proposition du maire de l'époque Palermo.

Les couleurs blanc et bleu, couleurs de la Vierge avaint été désignées en 1687, par le prince Louis Ier de Monaco, pour être portées par les habitants de la ville, en hommage à l’Immaculée Conception à qui avait été dédié l’édifice construit sur son initiative, pour les Pénitents blancs.

Roquebrune Cap Martin (11966 h)

De gueules à la tour posée sur un mont issant d'une mer, le tout d'or ; au chef du même ; au franc-canton fuselé d'argent et du premier (armorial niçois)

Ancien relais de poste romain "Lumone" détruit en 641 par le lombard Rotaric.

Le chateau fut édifié en 970 par Conrad Ier comte de Vintimille. Le nom "Rocabruna" apparait en 1157.

Fut l'objet d'un long différend entre les Génois et le comte de Provence. Au 14ème, Charles Grimaldi s'en empara pour le compte de Gênes, mais à la fin du siècle Roquebrune devint en fait une possession des Grimaldi; elle le restera pendant cinq siècles, malgré la suzeraineté théorique du duché de Savoie, reconnue en 1448.

En 1848, Roquebrune se déclara ville libre et se détacha de la principauté de Monaco (ainsi que Menton), puis revint à la France avec le plébiscite de 1860.

Le château, souvent assiégé, fut restauré par les Grimaldi fin 15ème et au 19ème. Magnifique avancée rocheuse boisée de Cap-Martin, occupée d'immenses propriétés.

Le blason sur le fronton de la mairie et le drapeau provenant du livre de Luc Doublet "L'aventure des drapeaux".

Drapeau de la commune parti jaune et rouge devant la mairie

Sainte Agnès (1104 h)

http://www.menton.com/steagnes/

D'azur aux trois étoiles d'or

Sainte Agnès est le village littoral le plus haut d'Europe, à 780 mètres d'altitude.

Les quatre grottes naturelles du rocher ont fortement marqué l'imaginaire : une légende dit qu'une princesse italienne, nommée Agnès, surprise par un violent orage pria sa Sainte patronne. Elle trouva une grotte où elle s'abrita. En signe de reconnaissance, elle fit élever en ce lieu un sanctuaire qui attira rapidement les habitants de la région.

Gorbio (1162 h)

http://www.menton.com/gorbio

Blason officiel de la commune (armorial niçois)

Selon la légende, Saint Barnabé aurait créé Gorbio.

Possession du comté de Vintimille en 1002, puis de Gênes en 1157, du comté de Provence, Gorbio est cédé aux Ducs de Savoie en 1388.

Les Sardes possédèrent le village jusqu'au référendum de 1860 qui l'attribua à la France.

Blason différent du précédent présent dans le village

d'azur au mont d'argent issant d'une mer du même mouvant de la pointe, au chef d'or chargé d'une aigle bicéphale de sable (source Gaso)

Castellar (833 h)

http://www.menton.com/castellar

D'or au château de gueules sommé d'une aigle bicéphale de sable.

Ce village perché à 375 m est un village médiéval du 16ème siècle. L'habitat groupé autour de l'église St Pierre de style classique du 18ème siècle offre un panorama sur Menton et la baie de Garavan.

En 1435, les Seigneurs de Lascaris qui possèdaient le fief, passent convention avec les habitant du village, alors accroché à 870m d'altitude aux pentes nord de l'Orméa, pour qu'ils se transportent sur un lieu plus commode, la colline de Saint Sébastien, afin qu'ils bâtissent 29 maisons de même hauteur et même largeur et les fortifient par une enceinte extérieure. De ces fortifications rasées ne subsistent que deux vestiges.

Le village vota son rattachement à la France en 1792, lors de l'occupation du comté de Nice par les troupes de la République.

Blason différent du précédent présent sur le mur de la mairie

Castillon (283 h)

http://www.castillon06.com/

D'argent au château de sable, ouvert et ajouré de gueules, maçonné d'or ; au franc-canton de gueules chargé de Saint Georges à cheval du premier, terrassant le dragon de sinople.

Depuis sa naissance en 1157, le Village de Castillon a subi diverses modifications à la suite des évènements qui ont marqué son Histoire (guerres Austro-Sardes - tremblement de terre en 1886 - bombardements de la 2ème guerre mondiale en 1944).

Reconstruit en 1951, sur son emplacement actuel, le Village fut agrandi en 1988 pour prendre l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui.

Drapeau de la commune parti bleu et rouge devant la mairie

Les blasons proviennent des sites indiqués dans la page ou de Armorial niçois, et pour Menton du site Blason à coudre.

Le drapeau de l'état libre de Menton et Roquebrune provient de FOTW (dessin de Jaume Ollé). Les photos sont de l'auteur.