Pays d'Aix en Provence
Côtes et Trévaresse

logo actuel: soleil levant sur la Sainte-Victoire
Le 21 décembre 1993, les six communes d'Aix-en-Provence, Bouc-Bel-Air, Coudoux, Saint Cannat, Venelles et Vitrolles constituaient la communauté de communes du Pays d'Aix. Au cours des années qui suivirent, 13 nouvelles communes feront leur entrée. Formation en janvier 2001 de la communauté d'agglomération du Pays d'Aix, élargissant à cette occasion le périmètre à 14 nouvelles communes. En janvier 2002 la commune de Mimet rejoint la CPA, portant ainsi la communauté d'agglomération à 34 communes, pour 332 651 habitants et 1 296 km².

http://www.agglo-paysdaix.fr/

ancien logo
Le bassin de vie de la Chaîne des Côtes et Trévaresse
(31 000 habitants) forme un espace charnière entre le pays d'Aix, le pays salonnais et l'Est de l'Etang de Berre.
  
Autres bassins de vie: Sud, Centre, Val de Durance, Haute Vallée de l'Arc.
Lambesc (7 934 h)

Lambesq



http://www.ville-lambesc.fr/

D'azur à la croix patriarcale d'or

Ces armes ont été données à Lambesc en 1453 par Yolande de VAUDÉMONT, duchesse de Lorraine, fille du roi René le Bon. Son père lui avait fait don de la seigneurie de Lambesc l'année même où il l'avait achetée (1453) aux PONTEVÈS des BAUX.

En 1241, un noble croisé, Jean ALLUYE, revient de Terre Sainte avec un reliquaire en forme de croix à double traverse renfermant un morceau de la Croix. Acquis par les cisterciens de la Boissière, site à l'est de Baugé, ils le placèrent dans une chapelle de leur abbaye, chapelle qui prit le nom de la "Vraye-Croix". Les ducs d'Anjou, possédant un château à Baugé, venaient souvent faire leurs dévotions à cette relique.

En 1360 Louis 1er d'Anjou (1339 - 1384) crée un ordre de chevalerie, "l'Ordre de la Croix d'Anjou". Il met en honneur cette croix à double traverse en dotant l'ordre d'un blason .

C'est avec René 1er le Bon, que l'on voit apparaître la Lorraine dans la troisième maison d'Anjou. René est marié à l'âge de onze ans à Isabelle de Lorraine, dix ans, fille de Charles II, duc de Lorraine. René sera duc de Lorraine à la mort de son beau-père en 1431. Sous son règne, Charles le Téméraire envahit ses états. D'abord vainqueur par le traité de Nancy, 1473, il obtient de droit de passage dans la Lorraine et se fait livrer les places fortes.

René réagit et c'est alors qu'il prend la Croix d'Anjou comme signe de ralliement pour ses troupes, en opposition à la Croix de Saint André qu'avaient adoptée les ducs de Bourgogne.

Charles le Téméraire est battu devant Nancy et y trouve la mort en 1477. Après cette victoire le signe de ralliement sera pour les lorrains un symbole patriotique. Depuis cette date, en héraldique, la croix patriarcale prendra aussi le nom de croix de Lorraine.

En 814, s'écrivait Lambiscum.

Formé des communautés de Badasset et Valbonnette

Fief des Porcellet au 12ème, des Pontevès au 14ème; érigé en principauté en 1688 par Louis XIV, avec charge des écuries du roi.

Siège de la ville par La Valette en 1598.

L'assemblée des Communautés de Provence s'y rassemblait de 1646 jusqu'à 1789. 

La commune de Suès a été rattachée à celle de Lambesc en 1807.

Tremblement de terre en 1909 qui endommagea gravement la ville.

Saint Cannat (4 709 h)

http://www.ville-saint-cannat.fr/

d'or à une canne en forme de palme de sinople, accostée de deux fleurs de lys d'azur

La canne est une arme parlante de St Cannat.

Le village doit son nom à CANUS NATUS (né avec les cheveux blancs, signe, à l'époque, de sagesse précoce), ermite du Vème siècle, fils d'un prêteur romain, né à Aix-en-Provence, et qui vivait dans un endroit appelé "Sauzet" à cause des saules qui abondaient près d'une source.

Selon la légende, quand l'évêque de Marseille vint à mourir, CANUS NATUS sembla tout désigné pour être son successeur. Une délégation vint donc lui offrir le Siège épiscopal, qu'il déclina disant "qu'il n'y avait pas plus de raison pour lui de devenir Evêque de Marseille, que sa vieille canne de roseau desséchée de reverdir !". Mais la canne reverdit miraculeusement et CANUS NATUS prit donc le chemin du vieux port ! Il y a laissé le souvenir d'un évêque énergique, luttant farouchement contre le paganisme et l'hérésie ; puis, sentant sa fin approcher, il souhaita rejoindre son cher ermitage de Sauzet, pour y mourir.

La seigneurie du village fut érigée en marquisat en faveur de la famille de Suffren en 1725.

Il s'appela Le Saizet sous la révolution.

Blason moderne: les initiales du village ont remplacées les lys. Le fond du blason est vraiment couleur "or" et on a rajouté un chef d'azur aux trois étoiles d'argent.

Rognes (4 255 h)

http://www.ville-rognes.fr

d'azur au verrou d'argent

voir le verrou ou l'histoire du blason de Rognes
Coudoux (2 919 h)

http://www.coudoux.fr/

d'or portant en chef le mot COUDOUX de sable, en pointe de l'écu une grappe de raisins d'argent adossée de deux palmes d'olivier de sinople. A une fasce de gueules portant à dextre les armoiries de la Reine Jeanne qui sont d'azur à une fleur de lys d'or surmontée d'un lambel de gueules; au centre une comète à 16 rais d'or.

Le village s'appelait Cauda en 1146 et Codols en 1244.

Le hameau du Petit Coudoux a été fondé au XVI° siècle: Deux frères Jauffret vinrent du quartier des Cauvet à Ventabren pour se rapprocher de leurs champs. L’un d’eux construit la première maison qui serait appelée « maison de Marc Antoine au Petit Coudoux ». Elle portait le millésime 1535 dans un morceau de plâtre longtemps conservé par la famille Jauffret.

La commune a été créée en 1950 d'une partie de celle de Ventabren.

La communauté des communes rurales des "Côteaux Aix ouest" comportait 2 communes: Eguilles et Ventabren.

Elle avait été créée le 30/12/1994 et disparut le 15/12/2000 pour intégrer la communauté d'agglomération "Pays d'Aix en Provence".

Eguilles

  

L'Armorial  Général donne ce blason à sa page 1473 pour la communauté d'Aiguilles. 

Les étoiles sont d'or et il y a un croissant.

Des traces datées du néolithique prouvent que le site d'Eguilles a été habité dès le 3e millénaire avant J.C., et qu'il a été le théâtre d'une activité intense deux mille ans plus tard, comptant deux oppidums celto-ligures, à Pierredon et aux Mourgues.

Ces deux sites furent détruits, 124 ans avant J.C., en même temps que le site d'Entremont sur les hauteurs d'Aix-en-Provence.

Un peu plus tard, à l'époque Gallo-Romaine, un nouveau village se développe le long de la nouvelle Voie Aurélienne.

Au Xe siècle, des textes retrouvés font état de "Castrum de Aquila"

Par la suite et jusqu'à la fin du XVIe siècle, le village fut l'objet d'affrontements constants entre les seigneurs des Baux et la Maison de Provence, jusqu'à la destruction du château, lors des guerres de religion.


d'azur à trois aiguilles d'argent, surmontées de trois étoiles du même.
C'est la description qu'en fait Louis de Bresc dans l'Armorial des Communes de Provence de 1866.

Le drapeau municipal est jaune avec les armoiries de la commune au centre.
Ventabren (4 831 h)

http://www.ventabren.fr/

d'azur à une haute montagne d'argent sur une rivière du même; au chef cousu de gueules chargé d'un soleil d'or.

Les armes sont parlantes: le village est au sommet d'une montagne et la rivière de l'Arc coule au bas de la colline.

"Vantabran" cité au milieu 12ème.
L’origine du nom Ventabren prête à de nombreuses discussions. L’étymologie la plus vraisemblable vent, le vent, et bren, écraser le blé avec une meule et le battre, afin que le vent emporte l’enveloppe.

 Seigneurie de la maison des Baux aux 12ème/13ème, passée à diverses familles dont les d'Agoult.

Le village est perché au sommet d'une colline dominée par les ruines du château de la reine Jeanne.
Les blasons proviennent des sites indiqués dans la page, de l'Armorial Général. Les photos sont de l'auteur sauf celle du drapeau de Coudoux de Arnaud Leroy.